B.a ba de la Photo

Survol théorique et technique
de la photographie

Comme le titre l’indique, ce document est un survol destiné à vous apporter les éléments de base de la pratique de la photographie. Si vous voulez approfondir certains sujets, n’hésitez pas à faire des recherches sur Internet ou dans des livres spécialisés.

La photographie en théorie

L'origine du préfixe photo vient du Grec [φωτoς, photos] qui signifie lumière, maître mot en photographie. En théorie, le film (argentique) ou le capteur (numérique) ont toujours besoin de la même quantité de lumière. Comme nous ne maitrisons pas l'éclairage naturel, l'appareil photo met à notre disposition un diaphragme (f/) associé à un temps de pose (S) pour adapter l'exposition du film ou du capteur à la bonne réalisation de l'image.
Dans la pratique, ce n'est pas si simple. La lumière naturelle n'est pas toujours suffisante, et malgré des vitesses lentes (qui occasionnent des risques de bougé), la photo risque fort d'être sous exposée, sombre. Heureusement il y a ISO, un troisième larron qui peut venir à votre aide en augmentant la sensibilité de votre film ou de votre capteur.
Ces trois paramètres fondamentaux permettent souvent de compenser le manque ou le trop de lumière. Seul bémol, ils interfèrent tous les trois sur la qualité et le rendu de l'image.

Le diaphragme :

Une grande ouverture (petites valeurs ex.f/2.8) permet de laisser entrer plus de lumière, mais souvent au détriment de la zone de netteté (profondeur de champ). Au contraire, une petite ouverture (grandes valeurs ex.f/16) augmente la zone de netteté, mais augmente par la même le temps de pose, et donc les risque de flou de bougé.

La Vitesse :

Avec des vitesses de prises de vues élevées (/1/1000s ou plus), les risque de bougé sont mieux maitrisés et les sujets en mouvement figés. En contrepartie, sauf à avoir une lumière très vive, il faut souvent passer par une grande ouverture au détriment de la profondeur de champ.

La sensibilité ISO :

Elle permet de palier à un manque de lumière ou de vitesse, mais peut dégrader sensiblement la photo en augmentant le grain, ce qui entraine une perte de netteté des fonds et des détails de la photo.

Vos téléphones portables effectuent pour vous tous ces réglages, ce qui est parfois satisfaisant, mais vous n'avez pas l'entière maitrise du rendu de vos photos.

Termes descriptifs des boitiers

Nous allons tout d’abord décrire les caractéristiques générales d’un appareil photo.

Appareils photo Reflex :

Sur un appareil reflex, la visée se fait par un viseur optique. Un jeu de prismes renvoie l’image à l’œilleton par l'intermédiaire d'un miroir qui se relève au déclenchement et se rabaisse lorsque le temps de pose est écoulé.

Sur les appareils reflex argentiques, le format du film tient lieu de capteur (24 x 36 mm en général).

Appareils photo Hybrides :

Sur les appareils hybrides, la visée est électronique. L’image renvoyée au viseur est la même image que vous voyez sur votre écran de contrôle à l’arrière de votre appareil. Votre photo vous apparait avec la prise en compte de tous vos réglages d’exposition (diaph, vitesse, etc.).

En conclusion, l’image affichée sur votre viseur est la réplique exacte de votre future photo, ce qui représente un avantage indéniable.

Ils sont aussi plus légers et moins encombrants que les reflex. Pour le reste, les caractéristiques globales de l’appareil sont sensiblement les mêmes que pour les reflex : Formats, capteur, résolution, excepté qu’il n’y a pas de miroirs qui se relèvent au déclenchement et donc moins de vibrations.

Attention, il faut être très soigneux lors des changements d’objectif. Le capteur est très proche de la bague et n’est pas protégé quand le boitier est nu.

Appareils photo Compact :

D'un encombrement réduit, ils ont un petit capteur et un petit zoom, ce qui leur permet de couvrir les situations courantes. Ils disposent d'une visée écran. Leur prix est attractif. Il arrive sur le marché des compacts à grand capteur.

Ils sont directement concurrencés par les smartphones.

Appareils photo Bridge :

Ils sont un pont entre les Compact et les Reflex. Souvent dotés d'un viseur électronique, il ont des objectifs interchangeables et sont d'un prix abordable.

Les trois critères fondamentaux dans le choix d'un boitier :

Le capteur :

La surface sensible qui capte l’image convoitée. Les formats les plus courants des capteurs.

-L’APS-C (25,1 × 16,7 mm)

-FULL FRAME (plein format 24 x 36 mm).

La résolution :

Exprimée en millions de pixels. 12, 16, 24, voire 45 ou 50 Mpx (en fonction du boitier). Plus la résolution est élevée, plus vous aurez une grande définition avec plus de détails.

L’obturateur :

Un rideau qui s’ouvre pendant un temps plus ou moins long pour permettre à la lumière "d’imprimer " l’image sur le capteur. Le temps d’exposition varie de millièmes de secondes à plusieurs minutes, en fonction de la luminosité : 1/8000s, 1/1000s, 1/125s, 1s, 30s, etc. (en fonction du boitier).

Les modes de prises de vues

Mode P (Programme) :

Le plus connus et aussi le plus simple est le mode P pour programme. L’appareil se charge de tout : Ouverture du diaphragme, vitesse de l’obturateur, sensibilité ISO, balance des blancs. Il ne vous reste plus qu’à choisir votre cadrage et appuyer sur le déclencheur. Ce mode a la particularité d'être débrayable. il vous suffit de jouer sur la molette du diaphragme ou de la vitesse et l’appareil adapte les autres paramètres.

Mode A ou AV Aperture (Ouverture en anglais) :

Les initiés utilisent beaucoup le mode priorité ouverture pour contrôler le diaphragme et l’appareil calcule la Vitesse automatiquement. Ce mode est très pratique si vous voulez influer sur la zone de netteté (profondeur de champ que nous aborderons plus loin).

Mode S ou Tv (Shutter Speed) :

Dans ce mode, vous choisissez la vitesse d’obturation et l’appareil détermine l’ouverture du diaphragme. Il s’utilise quand la notion de vitesse est importante pour la prise de vues. Sujets en mouvement, risques de flou bougé, effets de "filé" sur les sujets en déplacements, etc.

Mode M (Manuel) :

Dans ce mode, vous avez un contrôle total des paramètres d’exposition. Vous choisissez l’ouverture, la vitesse et la sensibilité ISO. Ce mode est plus compliqué à utiliser, mais certains puristes ne jurent que par lui. Il est très utile dans des conditions d’éclairage particulières (contre-jour, sujet surexposé, effets de lumière particuliers, poses longues…). Tout ça en fonction de l’effet désiré.

Il demande une bonne maîtrise des paramètres d’exposition.

D’autres modes sont parfois disponibles, comme le mode sport, macro, portrait, paysage, etc. Je vous laisse le soin de vous documenter sur le fonctionnement de votre boitier dans ces modes.

Quand le choix du programme est fait, il faut passer aux réglages de l’exposition. Trois réglages sont fondamentaux et étroitement liés, l’ouverture, la vitesse d’obturation et la sensibilité ISO.

Le choix de l’ouverture (diaphragme)

Une grande ouverture laisse entrer beaucoup de lumière. Une petite ouverture laisse entrer peu de lumière.

Le diaphragme se décline par la lettre "f " suivie d’une valeur. Plus ce nombre est élevé, moins il passera de lumière (Ex. f8 / f11 / 16) ~ Moins ce nombre est élevé, plus il passera de lumière (Ex. f1.4 / f2.8 / f4)

Le choix de l’ouverture est déterminant pour la profondeur de champ (PDC) abordée plus loin.

Le choix de la sensibilité ISO

Paramètre qui amplifie la sensibilité à la lumière du capteur numérique.

Elle se décline en ISO : Ex. 100isos 200iso 400isos 2000isos. Elle permet d’ajuster les réglages aux besoins de la prise de vue quand la luminosité est insuffisante (augmenter la vitesse, réduire le diaph).

Les appareils récents, disposent d'un mode ISO Automatique. L'appareil adapte la sensibilité ISO aux réglages Vitesse et Diaphragme sélectionnés.

Avec les hautes sensibilités, on voit apparaître du bruit numérique (grain), ce qui peut dégrader sensiblement l'image.

La mise au point

Le mode Autofocus (AF) :

Si vous utilisez on objectif compatible avec votre boitier, il suffit de mettre le collimateur sur le sujet et de cliquer. La mise au point (netteté) se fait automatiquement. Les appareils photo font ça très bien.

Le mode Manuel Focus (MF) :

Dans ce mode, c'est vous qui avez la charge de la bague de mise au point. Son utilisation est spécifique à des situations particulières.

Les modes AF ou MF sont traités dans la suite du document.

2021 ©www.marseyais.fr